Mondial de foot : Carton rouge pour l’État brésilien !

10452327_698528110203443_4684212221822679339_nDepuis le 5 juin, les salarié-es du Métro de São Paulo sont en grève reconductible. Cette grève s’insère dans de puissants mouvements sociaux qui touchent tout le Brésil depuis des mois.

Les énormes sommes d’argent dépensées par les pouvoirs publics brésiliens pour satisfaire les demandes de la FIFA et des multinationales qui s’en mettent plein les poches à l’occasion de la Coupe du monde de football tranchent avec la pauvreté, la précarité, l’exclusion, qui demeure le lot quotidien de millions d’habitant-es de ce pays.

Bien d’autres grèves touchent de nombreux secteurs au Brésil : Éducation, Industrie, Transports, Fonction publique… Toutes et tous manifestent leur rejet de la politique du gouvernement du Parti des Travailleurs qui se met au service des capitalistes et, soit se tait sur certaines exactions, soit les organise à travers des lois liberticides : expulsions et déplacements de populations pour construire et rénover des stades et les quartiers proches, arrestations de militant-es syndicaux, politiques et associatifs parce qu’ils et elles organisent la résistance, interdictions des manifestations, campagnes antigrèves, etc.

A travers l’exemple brésilien, c’est la réalité du pouvoir étatique, fût-il exercé au nom des travailleurs, qui est posé ; c’est aussi l’illustration de l’utilisation des forces répressives que sont l’armée, la police, l’institution judiciaire ; c’est l’inéluctable actualité de la lutte des classes !

Alternative Libertaire est membre du collectif « La Coupe est pleine » qui, en France, relaie l’information sur les mouvements sociaux brésiliens, organise un rassemblement le 12 juin devant l’ambassade du Brésil, et diverses initiatives publiques en solidarité avec la population brésilienne en lutte.

Alternative Libertaire apporte toute sa solidarité aux travailleurs et travailleuses du Brésil actuellement en lutte, et notamment aux salarié-es du Métro de Sao Paulo. Le pouvoir brésilien, les capitalistes, et la « justice » menacent le syndicat d’une amende de plusieurs dizaines de milliers d’euros par jour de grève, prétendant que la grève de nos camarades du Métro de São Paulo est « illégale » : nous affirmons qu’elle est totalement légitime, que la grève a été décidée par les travailleurs-ses eux-mêmes et que ce n’est pas aux institutions étatiques d’en décider la réalité !

Aux côtés des organisations communistes libertaires membres du réseau international Anarkismo, Alternative Libertaire réaffirme la nécessité de la solidarité internationale et du combat commun aux mouvements sociaux, par-delà les frontières ! Là-bas, ici ou ailleurs, c’est la même lutte !

Alternative libertaire, le 9 juin 2014

Advertisements
Cet article a été publié dans actu-lutte, Alternative Libertaire, anarchisme, Anticapitalisme, économie, Capitalisme, Classes sociales, Internationalisme, Lutte des classes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.