Les lundis de la ratonnade

Depuis longtemps les mouvements d’extrême droite tentent de s’implanter dans la société en surfant sur le rejet de l’immigration. Avec le délitement des structure de solidarité de classe, les errements idéologiques sur les questions du racisme du mouvement ouvrier, le chômage massif, l’hégémonie intellectuelle des réactionnaires, le travail de l’extrême droite a fini par payer et on voit aujourd’hui un rejet de l’immigration se marquer de plus en plus et qui s’accompagne d’une criminalisation toujours plus grande des migrants. Les derniers événements en méditerranée et les projets de réforme de l’immigration au niveau européen suscitent l’excitation des franges les plus réactionnaires du spectre politique de notre continent. En Belgique, c’est le groupe Nation qui a décidé les rennes de l’offensive.

Ils ont commencé la semaine passé en s’en prenant au rassemblement des collectifs de sans papier. Cette semaine , ils appelaient le bon petit peuple à se lancer dans l’aventure des lundis de la légalité. Ces rassemblement qui appellent explicitement à réprimer les ailes les plus organisées des sans papiers pour le plus grand plaisir des patrons et de l’État. On ne reviendra ni sur le succès de foule de leur rassemblement, ni sur leur capacité à tenir la rue… Les photos parlent d’elles-mêmes.

10453367_978843832136960_2768030291232373822_n - Copie

Une vingtaine de militants du coté de l’Europe blanche

11122326_810941832324986_7985582667824978390_o - Copie

200-300 militants avec ou sans papier de l’autre

Nous en venons à toute la contradiction de l’extrême-droite : Ils prétendent être le fer de lance de la résistance contre le système. Cependant derrière ces beaux discours, il y a les faits. Mardi passé, ils s’en prenaient aux collectifs de sans papiers. Cette semaine, après l’échec cuisant de leur opération politique et après plusieurs heures d’activité politique où ils excellent (le 100 m de levée de bras accoudé a un comptoir de bar), ils s’en sont pris à un SDF présent sur la place du Luxembourg en le ruant de coup. Dans la vidéo suivante, on peut voir six défenseurs de la fière race blanche s’en prendre à un homme à terre. Pour des gens qui considèrent les illégaux comme criminels juste car ils ont eu le malheur de naître de l’autre côté d’une frontière, on peut s’étonner d’un tel écart avec les lois qu’ils semblent tant aimer. On peut les voir d’ailleurs sur la deuxième vidéo se faire arrêter assez pitoyablement par les militaires et les policiers qu’ils adulent tant.

Ceci prouve plusieurs choses :

  1. L’hypocrisie de l’extrême-droite, on se veut social défenseur du peuple belge et anti-système et de l’autre son action consiste à s’en prendre aux plus faibles de notre société.
  1. La nature violente de l’extrême-droite que ce soit dans les actes de ses militants ainsi que son idéologie. Il ne faut pas se leurrer entre les boneheads de Nation et les discours feutrés d’une Marine Lepen, il n’y pas de divergence idéologique mais juste une question tactique.
  2.  L’antifascisme ne peut se permettre de rester défensif car nous ne pouvons anticiper toutes les actions de leurs militants. Il faut assurer l’interdiction de ces organisations par tous les moyens nécessaires.

Encore et toujours, Riposte immédiate face aux violences de l’extrême-droite !

Publicités
Cet article a été publié dans actu-lutte, Antifascisme, Antiracisme, Sans-papiers. Ajoutez ce permalien à vos favoris.